Maillot vert serie a

Naples est la seule équipe durant cette saison à pouvoir tenir la cadence de la Juventus. De Borgonovo restent deux buts mémorables : de la tête à la 90e sur un corner de Baggio qui offre la victoire 2-1 sur les rivaux de la Juventus et un autre à la 85e pour le 4-3 contre l’Inter Milan leader et futur champion d’Italie : Borgonovo intercepte la passe en retrait de Giuseppe Bergomi pour Walter Zenga et pousse la balle au fond des filets. L’Inter atteint à nouveau la finale de la Coupe d’Italie mais doit s’incliner face à l’AS Rome. L’OM de Papin finit champion de France avec 73 points au compteur et remporte la Coupe de France en battant l’AS Monaco sur le score de 4-3. Cette coupe de France, qui offre un doublé à l’OM, est marquée par une finale de légende durant laquelle Jean-Pierre Papin inscrit un triplé crucifiant l’AS Monaco.

Longtemps épargné par les blessures durant sa carrière, il se fracture la cheville gauche et doit subir une double opération, en avril et en novembre 2004. Il se fracture ensuite la main et est victime d’une tendinite au genou. Cette saison sera marquée par une grande instabilité au poste d’entraîneur. Pour la saison 2014-2015, l’écusson de la ville est de nouveau arboré avec l’écusson du club en incrustation dans le quart bas gauche. De 1961 à 1963, a été également adopté un écusson secondaire, un ovale comportant dans sa partie supérieure, complètement bleue, maillot de la juventus les lettres FC et dans sa partie inférieure une bande noire accompagnée du mot INTER. L’OM réalise une saison très moyenne en restant cantonné en deuxième partie de classement de Division 1 et se sauve in extremis de la descente en Division 2. La saison suivante est assez similaire et voit l’OM terminer seulement à la douzième place. Il est néanmoins parfois nommé capitaine au cours de cette saison. Une nouvelle fois champion de Division 1, l’OM est éliminé prématurément au deuxième tour de la Ligue des champions par les Tchèques du Sparta Prague. Le match pour le titre le 25 mai 2005 à Istanbul opposent les Italiens aux Anglais de Liverpool et reste comme un des plus grands match de l’histoire de la Ligue des champions et une des plus grandes déceptions d’Ancelotti dans sa carrière d’entraineur.

À l’orée de la saison 1990-1991, le onze olympien subit quelques retouches avec les arrivées de Pascal Olmeta dans les buts marseillais et de Basile Boli en défense centrale. La saison suivante, sous Massimilano Allegri, il se démarque mais se retrouve freiné par quelques petites blessures. Cette phase de poule de la Ligue des champions se conclut par une lourde défaite des hommes de Bernard Casoni face aux Italiens de la Lazio Rome entraîné par le technicien suédois Sven-Goran Eriksson. Au fil des saisons, le onze marseillais va être modifié et amélioré de façon à être plus compétitif pour atteindre l’objectif fixé par Tapie de gagner la Ligue des champions. En décembre 1996, l’homme d’affaires Robert Louis-Dreyfus est appelé par la mairie de Marseille pour devenir l’actionnaire principal et mécène de l’OM. Il est remplacé par Bernard Casoni. À la suite de cette décision qu’il juge « scandaleuse », Tapie quitte la présidence du club olympien le 11 décembre 1994 et est remplacé de manière temporaire par Pierre Cangioni puis par Bernard Caïazzo en janvier 1996. Jean-Michel Ripa assure l’intérim de février 1996 à juin 1996 avant que le maire de la ville, Jean-Claude Gaudin, prenne la présidence jusqu’au rachat du club.

Cet article est une ébauche concernant une chronologie ou une date et l’Italie. Pour les deux derniers matchs de la saison, la Vecchia Signora se rattrape avec deux succès, dont une victoire 3 buts à rien contre la Roma (buts de Sívori, Charles sur penalty et de Boniperti) lors de l’ultime journée du 24 mai. Le capitaine bianconero depuis 5 ans, Carlo Parola, quitte le club, et le brassard revient donc à l’attaquant désormais emblématique Giampiero Boniperti. Lors de la saison 1995-1996, après un début de saison compliqué qui verra le départ d’Henri Stambouli au profit du retour de Gérard Gili sur le banc marseillais, l’OM termine à la deuxième place du classement grâce à une équipe composée de joueurs d’expérience pour la plupart (notamment Marcel Dib, capitaine de l’équipe, Bruno Germain, lequel avait déjà évolué sous la tunique olympienne, De Wolf, Cascarino, qui sera le véritable goléador de l’équipe lors de ces deux années en Division 2 avec 61 réalisations inscrites sous le maillot marseillais, Bernard Ferrer, ainsi que Bernard Casoni, Jean-Philippe Durand et Jean-Marc Ferreri, restés au club malgré la descente en Division 2) et de jeunes joueurs issus du centre de formation (Hamada Jambay, Jean-Christophe Marquet, Marc Libbra, entre autres).

Si vous êtes intéressé par LINK, veuillez consulter notre page Web.

Published by

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *